pt4 Tous les saints reviennent littéralement AVANT le millénaire pour rétablir complètement l'ordre

Répandre l'amour

Partie 4 Tous les Saints reviendront littéralement AVANT le millénaire pour rétablir complètement l'ordre

Es-tu prêt? La Bible nous dit dans des dizaines d'endroits que tous les anciens saints du Vrai Israël chrétien (pas la seule tribu appelée Juifs, mais 13 tribus chrétiennes du vrai Israël!) Vont ressusciter et revenir avant le millénaire hébreu. Si vous n'êtes pas prêt, ils (ou nous allons) vous donner un coup de pied pour vous préparer à la venue de Christ qui régnera sur la terre depuis le trône de David pendant 1000 ans. Il revient pour une église sans tache ni ride et démissionnera lorsque ses ennemis seront faits son marchepied (et comme dans l'étude de TCAWW, tous les Majestés / Anciens / Maréchaux nourrissent ceux qui font confiance à YAHWEH).

Je souhaite vous envoyer les notes de Peters dans son «Le Royaume théocratique de Notre Seigneur Jésus-Christ».
Ces écrits sur la résurrection peuvent devenir plus tard la deuxième partie du Son Ekklesia sera plus forte qu'elle ne l'a jamais été sur christsassembly.com "
(Vous pouvez télécharger le texte intégral de "Theocratic Kingdom" si vous avez e-sword (tous téléchargeables gratuitement). La meilleure partie est que vous pouvez cliquer sur chaque verset si vous avez e-sword et cela ouvre les textes bibliques de référence complets. Ignorez la plupart de ces références à des Juifs. Aucun texte biblique ne dit «Juifs», je ne sais pas comment il mélange cette partie avec les saints. Cependant, c'est la partie sur la résurrection que je veux partager. Il y en a plusieurs toutes les pièces ci-dessous.)
Rév Stephen MK
Ministre, Assemblée du Christ
Grand Maréchal, Prieuré de Salem

Prop. 128. Le langage des Évangiles et des Épîtres est en accord strict avec les exigences d'une résurrection pré-millénaire.

UNE DOCTRINE POUR ÊTRE COHÉRENTE DOIT PRÉSERVER SON UNITÉ DANS TOUS LES ÉCRITS INSPIRÉS. VU COMMENT L'ANCIEN TESTAMENT ET LA CONCLUSION DU NOUVEAU TESTAMENT COINCIDE, IL SERA IMPORTANT DE NOTER COMMENT LES Évangiles et les épîtres corroborent les visions juives de la résurrection sur la base des promesses de l'alliance.
Obs. 1. La résurrection de 1Co_15: 52 déclare que «au dernier atout, car la trompette sonnera (1Th_4: 16), et les morts (c'est-à-dire ceux qui sont décédés) seront ressuscités incorruptibles», etc. les Juifs, comme les commentaires nous informent, ont utilisé ce langage même) est que cela dénote une résurrection identifiée avec les corps des saints morts. C'est presque l'opinion universelle parmi les critiques. Cette même résurrection des morts est mentionnée dans Apocalypse 11:18, également sous une dernière trompette, et immédiatement en relation avec «le Royaume de notre Seigneur et de son Christ». Nos opposants reconnaissent généralement que ces deux éléments sont littéraux, et la correspondance exacte qu'ils entretiennent avec les attentes juives a été remarquée par des écrivains compétents (et que ceux-ci, avec ce langage ajouté, se sont généralement perpétués dans l'Église primitive). Mais l'attention est attirée sur le fait que, tout comme les Juifs le croyaient, lorsque «le Royaume (souveraineté) de ce monde est devenu le Royaume de notre Seigneur et de Son Christ» (ainsi mss., S. et A. Tischendorf's NT, et comp Titman, Hahn, etc.) à ce moment même, une résurrection a lieu. Quand la souveraineté du monde est saisie, quand un Royaume commence qui ne finira jamais, quand se produisent des événements dont les commentateurs ne se connectent qu'avec le Second Avènement, alors à cette époque même, «à la dernière trompette» («car la trompette sonnera , ”Ap_11: 15), les morts pieux sont ressuscités pour recevoir leur récompense. Cela est sûrement amplement suffisant pour identifier une résurrection pré-millénaire, vu que 1Co_15: 52; Rev_11: 18; Rev_20: 3-6, sont tous sous la même dernière trompette pré-millénaire. Si l'un est littéral, tout est alors littéral, car se déroulant en même temps et dans le même but.
Selon le Dr Oswald (The Kingdom, ch. 9), c'est une comparaison de ces trois passages qui a influencé le révérend Dr. Schmucker à préconiser une résurrection pré-millénaire des saints. On rapporte la même chose de Charlotte Elizabeth et d'autres.
Obs. 2. L'attention est dirigée vers 1Co_15: 22-24. «Car, comme tous meurent en Adam, de même en Christ tous seront rendus vivants. Mais chaque pâle dans son propre ordre; Christ d'abord, ensuite ceux qui sont à Christ, à sa venue. Puis vient la fin », etc. Nous ne sommes pas concernés par l'adoption d'un rendu particulier (comme par exemple faire« ordre »pour signifier« bande », et« fin »équivalent à« le dernier groupe », etc.), quelle que soit la version est adoptée, deux choses vont de soi dans le passage imposant l'analogie générale sur le sujet. Après l'annonce de l'universalité de la mort, suit la déclaration positive selon laquelle le rétablissement de la mort - être rendu vivant - n'est pas un événement simultané, «mais chaque homme dans son propre ordre». Nous laissons un adversaire donner le sens de cette phrase. Barnes (Com. Loci) dit: «mais tout homme - tout le monde, y compris le Christ ainsi que les autres. Dans son propre ordre - dans son propre ordre, rang, lieu, temps. Le mot tagma se rapporte généralement à l'ordre ou au tableau militaire; à l'arrangement d'une cohorte ou d'une bande de troupes, à leur bonne organisation avec les officiers à la tête, et chacun à sa place dans les rangs. Ici, cela signifie qu'il y avait un ordre approprié à observer lors de la résurrection des morts. Cette déclaration d'une résurrection éclectique confirme le point de vue juif, et n'aurait pas pu être utilisée ainsi, si le dessein ne corroborait pas sa véracité. Les morts doivent être rassemblés en divisions distinctes et distinctes, selon leur caractère ou leurs œuvres. Vient ensuite une déclaration d'une telle division: «Christ les prémices», le premier dans le temps, le commencement, le premier dans l'ordre, «qui est le commencement, le premier-né d'entre les morts, afin qu'en toutes choses il puisse avoir la prééminence »(et avec lui devrait peut-être être associé les« nombreux »qui se sont levés à sa résurrection); puis, «ensuite, ceux qui sont à Christ à sa venue», qui décrit évidemment une autre division représentée par exemple dans I Thessaloniciens 4 et I Corinthiens 15, exclusivement des justes; "Alors vient la fin." Maintenant, nous avons ici (1) des bandes séparées de celles ressuscitées affirmées, et (2) ces bandes ou ordres séparés par une période de temps (près de deux mille ans). C'est tout ce dont notre argumentation a besoin pour étayer notre position.
L'élève observe que nous ne discutons pas du mot traduit par «la fin» et de la séquence indiquée par «après» et «ensuite». (Comp. Gordon, Sirr et autres sur la «Première Résurrection», ainsi que Brooks, Seiss, Ryle et autres, dans leur plaidoyer pour une résurrection pré-millénaire.) Les commentaires d'Alford, Meyer, Olshausen, Fausset, Lange, etc., peuvent être consultés sur ces points. Bien qu'un argument fort favorable à notre position puisse être avancé, il n'est vraiment pas nécessaire, vu que les deux points clairement désignés et concédés par nos adversaires sont tous suffisants. Nous nous référons uniquement à l'admission de Hodge concernant le tagma (l'étudiant gardant à l'esprit comment telos était utilisé pour désigner la légion arrière, la troupe ou la bande, et comment, par conséquent, l'ensemble doit être rendu, si l'idée de bandes ou sociétés différentes est à retenir), quand il dit: «Le mot tagma est proprement un terme concret, signifiant une bande, comme des soldats. Si cela est insisté ici, alors Paul considère les hôtes de ceux qui s'élèvent comme divisés en différentes cohortes ou sociétés: d'abord Christ, puis Son peuple, puis le reste de l'humanité. Premièrement, la résurrection du Christ, puis celle de son peuple, puis celle des méchants. Mais, déformé par ses théories de jugement et de résurrection, il abandonne le sens ordinaire. Nous attirons particulièrement l'attention sur le professeur Stuart, qui, bien qu'adversaire acharné du millénarisme, admet que notre vision des différents groupes, faisant des méchants le dernier, est la seule «exégèse satisfaisante».
CERTAINS ÉCRIVAINS (COMME DR. BERG, CHRIS. INTELLIGENCER, 27 FÉVRIER 1868, COMP. CSB, PROPH. TIMES, VOL. 7, p. 87-8) METTENT UN GRAND STRESS SUR LA PHRASE «EN CHRIST SERA TOUS RENDUS VIVANTS , "Dire que" en Christ "est un terme technique dénotant" l'état d'un croyant ", et par conséquent fait référence à la résurrection exclusivement aux membres de son corps, les justes, et qu'aucune référence à la résurrection du mèche ne doit être TROUVÉ DANS LE PASSAGE. ADMETTEZ-EN LA PLEINE FORCE DE CELLE-CI, ET QUE LA RESURRECTION DES DROITS, DE CEUX EN CHRIST, EST SEULE SPECIFIEE, ALORS QUE L'ORDRE EST TOUJOURS PRESERVE D'UNE RESURRECTION ECLECTIQUE, (1) EN RELATION EXCLUSIVEMENT AUX SAINTS, ET (2) QUE A LA DEUXIEME AVENT DU CHRIST, NOUS AVONS LES PREMIERS FRUITS DES SAINTS (144 000) RESURRECTES AVANT LA RECOLTE AU PREMIER STADE DE L'AVENT ET LES MARTYRS (COMME NOUS AVONS EXPLIQUÉ DANS LA PROPOSITION PRÉCÉDENTE) SONT ÉLEVÉS JUSTE AVANT LA PAROUSIE OUVERTE. SI UNE TELLE INTERPRÉTATION EST ADOPTÉE - ET IL Y A FORCE DANS ELLE - ALORS SIMPLEMENT L'ORDRE OU LES ENTREPRISES DES SAINTS SONT DÉSIGNÉES. LE LECTEUR DOIT DÉTERMINER POUR LUI-MÊME LA VUE À ADOPTER; SOIT L'UN OU L'AUTRE SOUTIENT PLEINEMENT NOTRE POSITION. L'ÉGLISE PRÉCOCE. (EG TERTULLIAN ADV. MARCIONEM) A ADDUIT I CORINTHIENS 15 COMME FAVORISANT UNE RESURRECTION PRE MILLENNAIRE, ET LA DEMANDE EST UNE JUSTE. POUR L'INTÉRÊT DU LECTEUR, NOUS JOINDONS LA TRADUCTION EN ANGLAIS AUTORISÉE, DUBLIN, DU LATIN VULGATE: «MAIS CHACUN DANS SON PROPRE ORDRE: LE CHRIST PREMIERS FRUITS, PUIS CEUX QUI SONT DU CHRIST, QUI ONT CROYÉ EN SON À VENIR. APRÈS LA FIN, QUAND », ETC. NOUS AJOUTONS UNIQUEMENT QUE DR. BERG ET LES AUTRES FONT «LA FIN» POUR RÉFÉRER À «LA FIN DU MONDE», Y COMPRIS LA «RÉSURRECTION DES MÉCHANTS, LA CLÔTURE DES DISPENSATIONS DE GRÂCE, L'INCENDIE DU MONDE», ETC., MAIS NOUS L'ASSURONS (1 ) QUE L'ORDRE DOIT ÊTRE INTERPRÉTÉ DE L'OBJET DISCUTÉ, ET (2) QUE LA FIN DOIT ÊTRE DÉTERMINÉE À PARTIR DE L'ENSEIGNEMENT SPÉCIFIQUE DE L'ÉCRITURE SUR SON SENS. DEPUIS LE DR. KLING (LANGE'S COM. 1 COR. LOCI) DIT: "CEUX QUI SONT ÉLEVÉS À DES PÉRIODES SUCCESSIVES SONT CONÇUS COMME VENANT PAR DES TROUPES OU DES GROUPES, DANS CERTAINS UN DONT TOUT LE MONDE SERA TROUVÉ." «LA FIN DE CETTE CONNEXION SIGNIFIE LA FIN DU PROCESSUS DE RESURRECTION ET SE POSE CORRECTEMENT AUX« PREMIERS FRUITS »; CELA MARQUE LA PÉRIODE DE LA RÉSURRECTION DU RESTE DE L'HOMME, QUI N'APPARTIENT PAS AU CHRIST », ETC. (VOIR LE COMMENTAIRE.) L'AMER. ED. (DR PAUVRE) DIT: «SI NOUS ADOPTONS LA SIGNIFICATION DE LA BANDE OU DE LA COHORTE POUR TAGMA, ALORS LA IMPLICATION EST QUE CEUX EN CHRIST VIENNENT PAR EUX ET LES MÉCHÉS PAR ELLES-MÊMES - CEUX D'UN GENRE GARDANT ENSEMBLE. ET CELA SERA L'ORDRE NATUREL PUISQUE 'CEUX QUI DORMENT EN JESUS, DIEU L'AMORERA AVEC LUI.' "MÊME UN ÉCRITURE COMME MACKNIGHT (SUR LES ÉPISTES) DONNE LA TRADUCTION ET LA PARAPHRASE SUIVANTES:" MAIS CHACUN DANS SA PROPRE GAMME: LE CHRIST DES PREMIERS FRUITS; APRÈS ELLES QUI SONT DU CHRIST À SA VENUE. ALORS LA FIN SERA », ETC. «PAS, CEPENDANT, ENSEMBLE; MAIS CHACUN DE SA BONNE BANDE; LE CHRIST DES PREMIERS FRUITS EST DÉJÀ ÉLEVÉ; APRÈS ELLES QUI SONT DU CHRIST, SONT ÉLEVÉES IMMÉDIATEMENT À SON ARRIVÉE; EN CONSÉQUENCE AVANT QUE LES AUTRES MORTS SOIENT ÉLEVÉS », ETC, (CETTE CONCESSION REFUSE BEAUCOUP DE SA SPIRITUALISATION).
Obs. 3. Dans 1Th_4: 13-17, nous avons des signes distinctifs selon lesquels «les morts en Christ ressusciteront les premiers». Nos adversaires, pour éviter la force de cette expression, nous informent qu'elle est utilisée relativement à celles qui sont traduites, c'est-à-dire que les morts surviennent avant que les vivants ne soient traduits. Permettant une telle interprétation, pourtant la nature éclectique de la résurrection et de son temps se manifeste clairement (1) par sa référence exclusive aux justes, et (2) par sa préséance de la traduction. La résurrection des méchants n'est pas mentionnée, et la raison doit être trouvée dans d'autres Écritures. Le simple fait que nous ayons étendu des passages consacrés uniquement à la résurrection des justes est en parfait accord avec notre doctrine et totalement opposé à la théorie d'une résurrection simultanée de tous les morts. L'association de cette résurrection des justes avec le Second Avènement personnel de Jésus est une raison supplémentaire qui soutient notre point de vue.
Nous ne sommes pas prêts à admettre que l'application du «premier» par nos adversaires soit concluante, car un grand nombre de critiques et d'écrivains habiles l'interprètent selon l'analogie d'une première résurrection d'entre les morts. Il semble étrange que Paul, connaissant l'idée juive d'une résurrection éclectique, emploie une telle expression à moins qu'il ne l'approuve. Barnes (Com. Loci) dit: «Une doctrine similaire à celle-ci était soutenue par les Juifs. 'Resch Lakish a dit: Ceux qui meurent en Terre d'Israël ressusciteront les premiers aux jours du Messie.' ”Nous avons montré, cependant, dans d'autres endroits, que les Juifs tenaient à une résurrection prééminente et distinctive concernant leur nation.
Obs. 4. Luk_20: 34-36 (voir son lien avec la promesse de l'alliance, Props. 49 et 137) est remarquable par sa distinction: «Les enfants de ce monde (ou âge) se marient et sont donnés en mariage; mais ceux qui seront jugés dignes d'obtenir ce monde (ou âge) et la résurrection des morts (ou la résurrection des morts - voyez l'emphase dans l'original) ne se marient pas, ni ne sont donnés en mariage; ils ne peuvent plus mourir non plus; car ils sont égaux aux anges; et sont les enfants de Dieu, étant les enfants de la résurrection. » Ici, nous avons les détails suivants: (1) Certains gagneront l'âge futur par une résurrection d'entre les morts; (2) il est implicite que d'autres non dignes ne le gagneront pas par une telle résurrection; (3) cette résurrection des saints est désignée de manière distincte comme la résurrection prééminente, et celle parmi les morts; (4) tels, pour indiquer sa nature éclectique, sont désignés comme «les enfants de la résurrection»; (5) et étant ainsi nés d'entre les morts, par la puissance de Dieu, ils «sont les enfants de Dieu».
On rappelle à nouveau au lecteur comment ce passage a été employé (Prop.49) pour élucider le Mémorial, étant la conséquence légitime de l'alliance, qui nécessite, pour sa réalisation, une résurrection pré-millénaire des patriarches. Par conséquent, Paul (par exemple Act_26: 6-7) relie «l'espérance» dérivée des promesses de l'alliance avec «la résurrection des morts». L'identité personnelle des Pères est préservée à travers la résurrection ainsi promise. C'est pourquoi nous trouvons des écrivains, qui n'ont pas de parti pris chiliastique, affirmer précisément la position que nous assumons concernant le sens du passage. Ainsi, par exemple, Thompson (Theol. Of Christ, p. 186) part du principe que les sadducéens ont nié une résurrection littérale; Jésus, dans sa réponse, tient fermement à la vision juive d'une telle résurrection, et confirme les juifs dans leur foi, et ajoute: «Il a continué à affirmer la résurrection telle qu'énoncée par Moïse, dans le fait qu'Abraham, Isaac et Jacob aurait jamais une identité reconnue dans le Royaume de Dieu. Horne (Introd., Vol. 1, p. 423) dit que l'expression «Je suis le Dieu d'Abraham», etc., prouve «la résurrection des morts par inférence ou par conséquence légitime». Mais pourquoi cette preuve inférentielle est-elle une conséquence légitime? La réponse - la seule réponse biblique - est que les patriarches peuvent réaliser les promesses qui leur ont été faites personnellement concernant la terre, etc. Sur le passage lui-même, comparez les commentaires d'Alford, Lange, Bengel, Olshausen, etc. résultant de leur système de mariages scellés, contredisent catégoriquement la déclaration du Sauveur concernant le non-mariage des saints ressuscités et glorifiés, car ils affirment positivement qu'après la résurrection «les hommes se marient et sont donnés en mariage». (Voir la preuve présentée dans l'Art. «Mormons», M'Clintock et Strong's Cyclop.)
Obs. 5. Php_3: 11, «Si par quelque moyen que ce soit je pouvais atteindre la résurrection des morts», cela ne donne certainement pas la force de l'original, et cela place Paul dans l'attitude de lutter pour quelque chose qui est inévitable. Mais en prenant la correction exigée par la préposition ek, et donnée par de nombreux critiques et commentateurs (et admise par certains de nos opposants, comme le professeur Stuart), nous avons une lecture qui justifie l'effort de Paul pour obtenir un prix, à savoir, une distinction résurrection éclectique. Pour beaucoup, lisez-le: "Si par quelque moyen que ce soit je pouvais atteindre la résurrection parmi (ou hors de) les morts (ou les morts.") La force de ce rendu est soutenue par la résurrection de Jésus qui était (par exemple 1Pe_1: 3) un parmi les morts, et par l'usage de la préposition.
Sirr sur la première résurrection, dans Let. 5, donne une longue justification de son usage, présentant divers exemples, montrant de manière concluante qu'il est, seul ou en composition, intensif et expressif d'une résurrection extraordinaire et éclectique. L'éditeur de The Proph. Times, vol. 3, p. 142, etc., présente la même chose et déclare à propos de la force de ek: «Les écrivains grecs, lexiques, critiques, et le testament grec partout et lui assignent continuellement la fonction d'exprimer hors, de, parmi, et invariablement utiliser il avant un génitif signifiant un tout dont une partie est prise »(en donnant comme exemples Act_3: 23; 1Co_5: 13; Act_19: 33; Heb_5: 1, etc.). Brown (Ch. Second Com., P. 195), contre nous, rejette «d'entre les morts» (en remplaçant «d'entre les morts»), et s'efforce d'échapper à l'idée de temps ou de priorité en renvoyant la résurrection à «son nature, ses accompagnements et ses enjeux », qui en font« une résurrection propre aux croyants », mais ajoute:« Bien que, par conséquent, nous ne pouvons pas affirmer que la traduction «d'entre les morts» est gravement inadmissible, elle ne peut pas non plus être a montré qu’elle est critiquement recevable. » Nous laissons l'étudiant juger par lui-même, approuvant chaleureusement sa déclaration, que sa signification dépend de la doctrine de la résurrection telle qu'elle est enseignée dans les Écritures, c'est-à-dire que ces passages doivent suivre l'analogie générale sur le sujet. Brookes (Maranatha, p. 464) le rend: «Si par quelque moyen que ce soit je pouvais atteindre la résurrection» (ou, comme on pourrait dire, la résurrection élue) «celui, ou celui-là, d'entre les morts». De nombreuses versions sont données qui affirment une résurrection éclectique. La Vulgate latine, dans la traduction autorisée de Dublin, lit; «Si par quelque moyen que ce soit je parviens à la résurrection, qui est d’entre les morts.» Fausset (Com. Loci) commente: «Le plus ancien mss. lire «la résurrection des morts», c'est-à-dire la première résurrection; celle des croyants à la venue du Christ (1Co_15: 23; 1Th_4: 15; Ap_20: 5-6). Le mot grec n'apparaît nulle part ailleurs dans le Nouveau Testament. «La puissance de la résurrection du Christ» (Rom_1: 4) assure au croyant la réalisation de la «résurrection des (autres) morts» (cf. Php_3: 20-21). Cf. «Jugé digne d'obtenir la résurrection d'entre les morts» (Luk_20: 35). «La résurrection des justes» »(Luk_14: 14). Des déclarations similaires sont faites par divers exposants. Sûrement le simple fait que dans l'original cette résurrection soit rendue emphatique et éclectique par les variations attachées, devrait retenir l'attention du lecteur. Pour transmettre au lecteur anglais, non familiarisé avec le grec, cette variation, nous ajoutons les phrases avec un rendu littéral tel que donné par les critiques. Nous avons la simple phrase anastasis nekrōn ou résurrection des morts (Act_17: 32; Rom_1: 4; 1Co_15: 12; 1Co_15: 21; Heb_6: 2), et il anastasis tin nekrōn ou la résurrection des morts (Mat_22: 31) ; 1Co_15: 42). Ensuite, nous avons une résurrection plus particulière comme suit: anastasis ek tōn nekrōn ou résurrection hors ou parmi les morts (1Pe_1: 3), et il anastasis he ek nekrōn ou la résurrection que des morts, ou la résurrection, celui-là hors ou parmi les morts (Luk_20: 35 -voir Obs.4-Act_4: 2), il exanastasis tōn nekrōn, ou la résurrection de ou parmi les morts, ou la résurrection hors d'entre-parmi les morts, ou la renaissance des morts. Luk_20: 35 en particulier est très catégorique, ayant anastase lui, à savoir, la résurrection, celle-là », impliquant ainsi nécessairement une autre résurrection distincte de celle-ci. Chaque étudiant doit voir le respect des convenances en vue de l'alliance, Prop. 49, résurrection juive, dont Paul, Act_26: 6-7, à laquelle les tribus espèrent venir de Bh. L'affirmation de Pearce selon laquelle Paul s'attendait à cette résurrection même, et utilise donc le même mot traduit ici atteindre. 
Obs. 6. Cette discrimination de la résurrection est délicatement mentionnée et impliquée dans les passages. Ainsi 1Co_6: 14, «Et Dieu a tous deux ressuscité (ēgeire) le Seigneur, et nous ressuscitera aussi (exegerei, vous élèvera ou vous élèvera par excellence).» Le changement du verbe par l'ajout d'un mot, significatif de quelque chose de particulier et de distinctif, mérite d'être remarqué (comp. Rom_9: 27, grec). Alors prenez Mar_9: 9-10, et nous avons affirmé que le Fils de l'homme devrait se lever (ek nekrōn) hors ou parmi les morts (comme en fait transpiré), et ensuite les disciples (qui n'avaient aucun problème avec le déjà reçu-par exemple Joh_11: 24 -doctrine d'une résurrection des morts) se sont interrogés, l'un avec l'autre, ce que cette résurrection des morts ou des morts devrait signifier par rapport à Jésus. Comme sa résurrection étant éclectique est désignée comme une résurrection ek nekrōn, nous trouvons celle de ses croyants désignée.
«Quickening» et «quickening of the dead» ont été utilisés par les rabbins (donc Bush, etc.) pour désigner une résurrection corporelle et une «consolation» (Syriaque, par exemple Joh_11: 24-25, «Je sais qu'il ressuscitera dans la consolation du dernier jour. Jésus lui dit: Je suis la consolation et la vie ”),“ jour de consolation ”(ainsi Talmud et Targum sur Hos_6: 2), ainsi que d’autres termes que nous avons remarqués sous le L'enseignement de l'Ancien Testament a également été ainsi employé. Maintenant ainsi utilisés dans le Nouveau Testament sans changement de sens, tels que les Juifs qui leur sont attachés quant au temps et à la relation, on ne peut guère éviter de conclure qu'ils doivent donc être compris comme liés à une venue du Messie et à une résurrection concernant les enfants d'Abraham. «Les portes de l'enfer», Mat_16: 18, est liée à la perpétuité continue de l'Église. Il est de coutume de l'interpréter comme se rapportant aux mauvais esprits, et nous permettons à l'un d'eux d'expliquer sa signification. Nast (Com. Loci, comp. «Petros», p. 34, note de bas de page du Dr Seiss), après avoir fait de «l'enfer» l'équivalent de «la demeure des morts», et «porte» pour représenter «le pouvoir», ajoute : "Ainsi, les portes de l'enfer signifient strictement la domination de la mort, et par implication les pouvoirs infernaux détenus dans la demeure de la mort et des ténèbres." Quelle que soit la convenance qu'il y ait dans son «implication» (qui sont toujours inutiles et dangereuses quand le sens ordinaire suffira), l'histoire de l'Église montre, et surtout la manifestera sous le dernier Antéchrist culminé, qu'elle souffrira terriblement de persécution. , et ici nous avons l'assurance que la mort ne triomphera pas (comp. Lange, loci) sur l'Église et sa multitude de saints tués, mais ils seront ressuscités et verront sa gloire comme elle se perpétuera dans le siècle à venir. Beaucoup d'écrivains trouvent la première résurrection même dans Mat_24: 31 (d'autres la nation juive, etc.), comme par exemple Lange (Com., P. 429) sur la phrase «Et ils rassembleront ses élus», dit: «Ici, le la résurrection des élus (la première résurrection principalement) est déclarée. » Php_2: 11 a «des choses sous la terre», que Barnes (Com. Loci) explique comme «des êtres sous la terre», «ceux qui ont quitté cette vie», et pourtant cette adoration et cet honneur mêmes de Jésus - ainsi associés à la idée d'une résurrection - est celle identifiée avec une prophétie millénaire (Isa_45: 23), et doit être témoignée avant que le Millénium ne soit inauguré (Apoc_11: 17; Apoc_15: 3-4; Apoc_5: 9-14). La résurrection est indirectement liée au Royaume, comme dans Luk_14: 15. Après que Jésus eut montré au pharisien comment faire une fête afin qu'il puisse «être récompensé à la résurrection des justes» (sa mention distincte montrant une résurrection distinctive), l'un de ceux qui étaient assis à manger avec lui, s'associant évidemment (comme le Les Juifs avaient l'habitude de faire) la résurrection qui vient d'être mentionnée, avec le Royaume, a dit: «Béni soit celui qui mangera du pain dans le Royaume de Dieu.» Jésus dans sa réponse approuve pratiquement cette association d'idées, car au lieu de laisser entendre un malentendu, il dit que tous sont invités à une telle bénédiction, mais que beaucoup la rejettent.
Obs. 7. Notre argument est abondamment soutenu par d'autres Écritures, auxquelles, pour éviter la répétition, nous ne pouvons que nous référer brièvement, comme Act_3: 19-21, car non seulement «les temps de restitution» (décrits dans les prédictions millénaires) nécessitent une résurrection incluse. (ainsi compris par les Juifs), mais «les temps de rafraîchissement» sont «les temps de réanimation» (voir la preuve donnée en détail sous Prop. 144, et le lecteur remarquera que «les temps de réanimation» confirment l'ordre de la résurrection que nous préconisons). Puis Mat_19: 28, «la régénération» (voir les détails donnés sous Prop. 145), les vues juives de la résurrection étant une naissance (qui a été adoptée par les premiers chrétiens et utilisée même par Eusèbe comme expression d'une résurrection) , corrobore la doctrine d'une résurrection éclectique, à la fois quant au caractère et au temps. Les vues données dans une proposition précédente concernant la résurrection étant une naissance, et alliée à une naissance précédant le Millénium, sont renforcées par son utilisation dans le Nouveau Testament, où les croyants sont désignés «les enfants de Dieu étant les enfants de la résurrection»; où «l'adoption» est liée à «la rédemption du corps»; lorsque l'engendrement de Jésus (Act_13: 33) est présenté comme preuve de la résurrection de Jésus, et qu'Il est représenté comme «le premier-né» d'entre les morts, etc.
En plus de ce qui a été dit concernant la naissance dénotant une résurrection dans la Prop. 126, de nombreux auteurs estiment que Jésus dans sa conversation avec Nicodème par l'expression «né de l'Esprit» désigne la résurrection du corps, ou du moins l'inclut (l'Esprit étant le moyen par lequel la résurrection est produite, comme celle du Christ, et «le né de l'eau» étant l'expression du baptême et de l'œuvre morale spirituelle qui y est attachée). Ainsi, par exemple, le Dr Brookes dans la vérité, vol. 3, n ° 6, qui se réfère à un verset comme étant ainsi rendu par la Vulgate latine, Augustin, Ambroise et d'autres: «L'Esprit respire où Il veut; et tu entends sa voix, mais tu ne sais d'où il vient et où il va; il en est de même pour quiconque est né de l’Esprit. » Brookes ajoute: «Qu'il soit cohérent avec le contexte ne sera pas contesté, et qu'il est grammaticalement et logiquement correct sera admis quand on se souviendra que le mot rendu 'vent' dans la version du roi Jacques est traduit Spirit dans le même verset. , et que sur trois cent soixante-quatorze fois, il se trouve dans le Nouveau Testament, il est invariablement rendu Esprit ou Fantôme, sauf dans Joh_3: 8, où il est traduit par le vent, et Ap_13: 15, où il est traduit par la vie . » Une multitude d'écrivains habiles, suivant l'analogie biblique et la foi juive (voir par exemple Michaelis Com. Heb_1: 5, Knapp's Ch. Theol, p. 528) désignent la résurrection «une naissance»; et des hymnes (comme par exemple celui qui commence «Toute la création gémit» dans «Hymnes et chants de louange», par Hitchcock, Eddy et Schaff, et Watts, «Ma chair ressentira une naissance sacrée», etc.) en parlent comme une «seconde naissance» ou une «naissance sacrée», etc.
Obs. 8. La résurrection des saints étant distincte, n'appartenant qu'à eux et à personne d'autre, cette caractéristique de séparation quant au caractère et au temps est toujours préservée. Ainsi (1) lorsqu'une résurrection du juste et de l'injuste est mentionnée ensemble, celle du juste a préséance; (2) des expressions telles que «le Fils vivifie qui Il veut», «ceux qui entendent vivront», etc., impliquent que tous ne seront pas rendus vivants; (3) la promesse de ressusciter les siens au dernier jour spécifiquement donné aux croyants implique que les incroyants ne seront pas ressuscités en même temps; (4) la résurrection des justes décrite seule, sans aucune référence aux méchants (comme Joh_6: 39-40; Joh_6: 44; Joh_6: 54; I Corinthiens 15, et I Thessalonians 4), implique un autre et distinctif ; (5) les titres donnés à la résurrection des justes impliquent la même chose, comme «la meilleure résurrection», «la résurrection des justes», «la résurrection à la vie».
L'étudiant attentif, bien sûr, considérera toutes ces déclarations à la lumière de l'âge lorsqu'elles sont prononcées. C'est-à-dire qu'il se mettra à la place des auditeurs adressés. Ainsi, par exemple, les Juifs ont parlé d'une résurrection à la fois des justes et des injustes, mais en spécifiant l'ordre de résurrection, ils ont fait une distinction à la fois quant au caractère et au temps. Encore une fois, une résurrection de justes a toujours été associée au règne du Messie, et par conséquent les promesses du Messie d'une résurrection spéciale aux croyants en Lui, étaient dans la ligne des vues juives, dérivées de la prophétie messianique, sur le sujet. Encore une fois, «le dernier jour» dans la théologie juive n'était pas l'idée romaine moderne du «dernier jour», mais était le dernier jour de la dispensation, qui devait être suivi d'un autre et glorieux sous le Messie, dans lequel les promesses devaient être réalisé. Par conséquent, en ressusciter un au «dernier jour» était compris par eux comme l'équivalent d'une résurrection pré-millénaire, c'est-à-dire une résurrection qui sera suivie par le règne des Messies sur le trône de David. (Comp, par exemple Props. 138, 139 et 140.)
L'attention est simplement appelée sur les différentes lectures présentées pour la première fois par Jérôme (Horne's Introd., Vol. 1, p. 211) de 1Co_15: 51. Si la lecture de deux des mss. Les plus faisant autorité, à savoir, celle du Sinaitic et de l'Alexandrine (comp. NT de Tichendorf) doit être reçue, nous avons un argument supplémentaire en notre faveur. Ces mss. lire: «Nous dormirons tous, mais nous ne serons pas tous changés;» tandis que la lecture ultérieure de l'Alexandrin est: "Nous ne dormirons pas tous, mais nous ne serons pas tous changés." On rappellera à l'étudiant critique que tout comme dans la traduction, certains seront pris et d'autres laissés, il en sera de même avec la résurrection précédente, certains seront pris et d'autres resteront.
Obs. 9. Nos opposants, comme le Dr Brown (Ch. Second Coming), Barnes (Com. Apoc.), Et d'autres présentent les textes de preuve suivants pour étayer leur vision d'une résurrection universelle et simultanée de tous les morts, à la fois justes et injustes. , à savoir, Dan_12: 2; Joh_5: 28-29; Rev_20: 11-15; 1Co_15: 20-23; Joh_6: 39-40; Joh_17: 9; Joh_17: 24; 2Ti_4: 1. Le lecteur peut les comparer avec nos références aux mêmes, puis observer qu'aucune interprétation et application de ces passages ne peuvent être valables, ce qui introduit un antagonisme - le plus direct - entre les déclarations bibliques. En effet, il trouvera plus, à savoir, que plusieurs des textes assignés comme preuve (par exemple Dan_12: 2; 1Co_15: 20-23; Rev_20: 11-15) soutiennent pleinement notre position, étant suffisamment décisifs d'une résurrection éclectique Les autres sont également le cas, car remarquez que Joh_5: 28 décrit deux résurrections, l'une «la résurrection de la vie» et l'autre «la résurrection de la damnation», tandis que l'ordre doit être décidé par des passages descriptifs de la même chose. Le mot «heure», sur lequel nos opposants insistent tant d'insistance non critique, signifie simplement, comme des critiques avisés nous informent, «un temps», de sorte qu'un temps vient où tout sera ressuscité, mais comme d'autres Écritures nous le disent, «chaque l'homme dans son propre ordre »(même Augustin, Epis. *, 2; Ambrose, Epis. 199: 17, et beaucoup d'autres font que« heure »équivaut simplement à« temps », et donc utilisé par exemple 1Jn_2: 18; Mat_9: 22; Joh_4: 23; Mar_13: 11; Luc_10: 21, etc.). Les passages restants n'ont pas besoin d'explication, suivant, comme ils le font, l'analogie générale.
Il est rappelé au lecteur que beaucoup de nos opposants ne font pas de résurrection simultanée dans leurs commentaires sur I Thessaloniciens 4 et I Corinthiens 15, et qu'ils conviennent avec nous que les événements sont contenus dans la même phrase (par exemple 1Co_15: 22-23) qui sont séparés par un long intervalle de temps; et que les expressions générales indicatives de la totalité (par exemple, respecter tous les hommes mourants et pourtant certains sont traduits) sont parfois modifiées par davantage; mention particulière de la commande ou des détails. Mais on en a dit assez pour permettre au lecteur de se faire une juste estimation des deux interprétations. Le professeur Sanborn, dans son essai sur le millénarisme, fait la déclaration totalement non autorisée que «l'Église a cru de tous les temps qu'il y aurait une résurrection simultanée des morts, à la fois des justes et des injustes». Cela ne peut que tromper les ignorants, car tout lecteur intelligent de l'histoire de l'Église sait que la croyance juive sur le sujet a été soigneusement inculquée et soutenue par l'Église primitive (comme le montrent en détail nos Propositions sur l'histoire du chiliasme), et le point de vue opposé a surgi et a prévalu grâce aux influences alexandrines et papes.
Obs. 10. Dans un sujet aussi varié que celui de la résurrection, il nous incombe de tenir compte de la mise en garde donnée dans l'étude de toute doctrine, c'est-à-dire de rassembler les passages qui y font référence, et d'expliquer les plus concis par ceux qui en donnent l'ordre, l'heure et le mode d'occurrence. Dans une telle comparaison, il est impossible de trouver un récit spécifique de la résurrection des méchants en même temps que celle des justes. Leur position commune, sous l'affirmation générale d'une résurrection des deux, serait un argument contre nous si ce n'était qu'en d'autres lieux l'Esprit, en décrivant circonstanciellement la résurrection, les sépare par un intervalle de temps. Il est sage d'accepter les explications de l'Esprit. Le lecteur intelligent appréciera cette règle de comparaison minutieuse avant de se prononcer.
Si quelqu'un devait s'opposer à l'indistinction dans l'une de nos références, il peut être observé qu'aucune d'elles n'est aussi obscure que la preuve donnée Act_13: 33-34. Mais si elle est vue à la lumière de la résurrection, rendue nécessaire par l'Alliance, etc., cette preuve est clairement déductible, découlant naturellement et légitimement d'un Dessein Divin bien défini. Il est à regretter que la captivité et le retour babyloniens aient aveuglé les yeux de tant d'exposants, de sorte qu'ils ne peuvent étudier à peine aucune des prédictions sans en faire une sorte de support explicatif général, apte à évaporer les promesses les plus précieuses qui ne peut pas être incorporé de manière satisfaisante dans une théorie spirituelle du millénaire.
OBS. 11. IL EST IMPOSSIBLE DE COMPLÉTER L'ORDRE DES ÉVÉNEMENTS PORTANT SUR CE SUJET TEL QUE PRÉSENTÉ PAR NOS OPPOSANTS, EN RAISON DES CONTRADICTIONS IMPLIQUÉES. POUR ILLUSTRER: PRENEZ CETTE GRANDE CLASSE DE COMMENTATEURS ET D'AUTRES QUI UNISSENT CORRECTEMENT LA RÉSURRECTION AVEC L'AVENT PERSONNEL, ET DÉCLAREZ EN CONSÉQUENCE QU'AVANT QUE LE MILLENAIRE AGO EST INTRODUIT, L'ANTICHRISTE SERA DÉTRUIT. TOURNEZ MAINTENANT À II THESSALONIENS 2, ET (COMME BARNES, ETC.) ILS PRÉVOQUENT LA DESTRUCTION DE L'HOMME DE PÉCHÉ PAR LA VENUE PERSONNELLE DU CHRIST ET, SELON LEURS PROPRES ADMISSIONS, CELA, DANS LA NATURE DE LEURS CONCESSIONS, DOIT SOYEZ UN AVENT PRÉ-MILLENAIRE; ET, BIEN SÛR, AVEC LEUR IDENTIFICATION DE LA RÉSURRECTION LITTÉRALE AVEC PRÉCISÉMENT UNE TELLE VENUE, IL NE DEVRAIT PAS ÊTRE DIFFICILE À RECEVOIR UNE RÉSURRECTION PRÉMILLÉNAIRE. UNE COHÉRENCE SIMPLE LE DEMANDE. ENCORE, ICI ET LÀ CHEZ DIFFÉRENTS AUTEURS, NOUS TROUVERONS DES CONTRADICTIONS INEXPLIQUÉES QUI MONTRENT AU MOINS QUE L'ORDRE DANS CES ÉVÉNEMENTS EST TRÈS NÉGLIGÉ. PRENEZ UN ÉCRIVAIN EXCELLENT ET TRÈS ESTIMÉ POUR UN EXEMPLE: VAN OOSTERZEE (THEOL. OF NT, S. 42), PARLANT DE LA RÉSURRECTION DU JUSTE DIT VÉRITABLEMENT: "CECI EST LA PREMIÈRE RÉSURRECTION," ET DANS UN NOTE DE BAS DE PAGE ANNEXE 1CO_15: 23 ; 1TH_4: 16; LUK_14: 14; REV_20: 25, DÉCLARANT QUE CELA SERA LIEU À LA FIN DE L'ÂGE. IL ADOPTE AINSI LA VUE MILLENARIENNE, ET SI CELA ÉTAIT TOUT CELA SERAIT ÉMINEMMENT SATISFAISANT, MAIS L'ADMISSION EST MARRÉE D'APRÈS AVOIR PLACÉ EN MÊME TEMPS, QUE L'ENSEIGNEMENT DE PAUL, «LA RÉSURRECTION GÉNÉRALE DU JUSTE ET DE L'INJUSTE». QUE L'AUTEUR l'ait conçu ou non, il contredit parfaitement sa déclaration précédente. EN PASSANT À UN ÉCRITURE INFÉRIEURE, CE NE SERAIT QU'UN BUREAU SANS REMERCIEMENT ET UNE CARICATURE DE LA PAROLE DE DIEU DE SOULIGNER LES ÉTRANGERS UTTERANCES BASÉES SUR «LA DEUXIÈME MORT», ETC.
En justice, cependant, à Oosterzee, il préconise (Ch. Dog., Vol. 2, p. 786): «Plus d'une résurrection; d'abord partielle, puis absolument universelle. De l'ancien non seulement l'Apocalypse semble parler, Apoc_20: 4-6, mais aussi le Seigneur, Luc_14: 14, et Paul, 1Th_4: 16, ainsi que 1Co_15: 23 par rapport à 1Co_15: 26, ”etc., et, se référant à la connexion de ce dernier, il nous parle d'un «groupement poético-prophétique de ce qui en réalité se verra réalisé, non côte à côte, mais successivement». Comparez la dogmatique de Reinhard, s. 189, Art de Semisch. Chiliasme dans l'encyclopédie Herzog., Et autorités déjà présentées.
Obs. 12. La notion avancée par Priest (View of Millennial, p. 254), plaçant le dernier atout après les mille ans, et le «restant» de 2Th_4: 16 pour signifier un restant jusqu'à la fin des mille ans, mérite à peine d'être réfutée. On y fait allusion ici parce que certaines parties essaient de le faire revivre, et à cause de son lien avec la doctrine de la résurrection Ce point de vue découle d'une négligence de comparer l'Écriture avec l'Écriture, vu qu'il n'y a que sept trompettes (marquant les époques du temps) , et le dernier est expressément affirmé (Apocalypse 11) comme étant en lien immédiat avec la résurrection, la récompense des justes et le Royaume millénaire. En outre, comme l'écrivent tous les critiques, «le restant» se réfère simplement à la préséance de la résurrection, et ceux-là mêmes qui «restent» sont également modifiés et associés à ceux qui sont favorisés par la résurrection.
Un écrivain (Butler, Lects. Apoc), contrairement à l'enseignement uniforme des millénaires, suggère que la résurrection est séparée du second avènement par un long intervalle de temps, peut-être celui du millénaire lui-même. Mais ceci est opposé par l'enseignement général des Écritures, qui lie (lors de la déclaration de la manière de procéder ou de l'ordre) la résurrection à l'Avent personnel, comme nous le montrons à maintes reprises. Cet Avent et la résurrection associée sont, comme nous le prouvons pas à pas, pré-millénaires, et étaient ainsi détenus par les premières églises chrétiennes. Une telle vision, ainsi que celle d'autres qui placent ces saints ressuscités dans le troisième ciel (comme Stuart, etc.), méconnaît totalement les promesses de l'alliance, la nature de la théocratie, etc.
Obs. 13. Ces premiers-nés des morts entretiennent une relation particulière et distinctive avec le Christ, appartenant, en tant que premier-né dans l'antiquité, d'une manière particulière au Seigneur. Cela sera remarqué ci-après (accessoires 118 et 154). Maintenant, on peut dire que, de même que Christ vient pour régner en tant que Fils immortel de David, prêt à accomplir les promesses de l'alliance en vertu de la puissance de la résurrection et du Divin uni à Lui, de même il convient, oui, nécessaire, que ceux qui sont considéré comme digne d'être associé à Lui dans Son règne (qui est affirmé pour avoir lieu à la période du Millénaire) devrait également expérimenter la puissance de la résurrection et devenir semblable à leur Tête. D'où l'opportunité de représenter la résurrection qui a lieu en ce moment même. Sans elle, les saints ne seraient pas qualifiés; avec elle, les promesses de Dieu peuvent être abondamment réalisées.
Figuier (The To-Morrow of Death, p .. 114) rend son être «surhumain» encore mortel, passant à la mort d'une étape à l'autre, et finalement atterrissant dans le Divin, l'Absolu. La Parole de Dieu ne présente pas de telles absurdités dérivées de l'Orient, mais un destin incommensurablement supérieur. En effet, le lecteur attentif des Écritures et de l'histoire verra une raison profonde sous-jacente à cette résurrection éclectique. C'est le résultat du Plan de Rédemption, qui lui est essentiel et qui prolonge son efficacité et sa gloire. Dieu a l'intention de sauver la race (en tant que race) de l'homme, mais pour la sauver et l'exalter dans sa capacité associée, il faut d'abord introduire quelque chose d'analogue à ce qui se passe chez le croyant individuel. L'homme est sauvé en recevant la vérité, en étant sous sa direction et son influence, et devient ainsi renouvelé et sanctifié par elle. Les mauvaises tendances en lui sont ainsi arrêtées et extirpées. Donc avec la société, la race elle-même. La triste histoire du monde nous enseigne le fait qu'il n'y a pas d'élément moral et religieux suffisant pour l'élever à une position dans laquelle il pourrait recevoir et jouir en toute sécurité des bénédictions et de la gloire millénaires. Les nations, les plus puissantes et les plus sages, dans leur ascension, leur progrès et leur détérioration, en témoignent; la théocratie même, avec ses motivations et ses influences supérieures supplémentaires, établie pendant un certain temps dans la nation juive, mais retirée à cause du péché, en est la preuve décisive. La société, la vie nationale, ne peuvent, par dépravation, s'élever à cet état parfait contemplé par la Parole de Dieu. Il a besoin et doit avoir un élément joint et mélangé avec lui, pour agir en tant que correcteur et influenceur. Cela se trouve dans cette première résurrection et ses résultats. Le monde est sauvé par la puissance de la résurrection telle qu'elle est exposée en Jésus et dans ceux à sa venue. L'humanité dans ces ressuscités est aussitôt élevée à un plan plus élevé, ce qui assure - par leur règne - une élévation pour la race que rien d'autre n'est si bien adapté à produire. Dans le Royaume établi sous les ressuscités associés, se manifeste ainsi la merveilleuse sagesse, patience, amour et œuvre de Dieu en neutralisant ainsi par un coup divin le mal inhérent aux organisations humaines. C'est en effet «une œuvre étrange», mais très admirablement adaptée pour assurer cette glorieuse «régénération» de la race en tant que race et lui restituer ses bénédictions perdues. Il détruit l'ancien et apporte le renouvelé; il subvertit la politique mondaine égoïste et introduit le céleste; il supprime la dépravation du monde en introduisant et en incorporant une vie et une autorité nouveau-né, des plus puissantes, convaincantes et faisant autorité dans les personnes ressuscitées et glorifiées des rois et des prêtres. (Comp. Des accessoires tels que 152, 154, 156, 167, 196, etc.)
Obs. 14. La fréquence à laquelle notre attention est dirigée vers cette résurrection pré-millénaire, et en raison de sa particularité et de son rang, cela est raisonnable. Le Christ fait appel à cette fréquence quand (Jn 6: 45) Il dit: "Nul ne peut venir à moi si le Père ne l'attire, et je le ressusciterai au dernier jour." Puis il est ajouté: «Il est écrit dans les prophètes», etc., le Christ connaissant les opinions juives basées sur ces prophètes, confirme la résurrection comme quelque chose de bien connu et contenu dans les prophètes. Maintenant, où les prophètes enseignent-ils cette résurrection, sinon dans les passages présentés? Comment se fait-il que tant de critiques nient l'affirmation du Christ et ne trouvent pas une telle résurrection en eux? La réponse à la dernière question peut peut-être être trouvée dans le fait que si une résurrection littérale est admise, alors elle doit également être reconnue comme pré-millénaire, et plutôt que d'accepter les notions juives et chilastiques détestées «de folie et d'ignorance». ces prédictions de David, Isaïe, Ezéchiel, etc., doivent dénoter la délivrance nationale ou tout autre chose qu'une résurrection littérale, et c'est «la sagesse et la véritable illumination». Tellement aussi cela se passe-t-il que si aucune résurrection de ce genre, à l'exception peut-être de la plus faible des allusions, ne peut être trouvée dans l'Ancien Testament, les reconnaissances viennent librement de tous les côtés que le langage même des prophètes indique que la doctrine d'une résurrection doit avoir été «Une croyance commune», ou bien les chiffres qui en sont tirés ne pourraient pas exister. Mais pourquoi croyait-on tant à ce que les prophètes emploient librement un langage qui en dérive? Laissons les Juifs nous dire, laissons les prophètes nous informer eux-mêmes. Leur témoignage vaut sûrement bien plus que celui des critiques modernes, qui parlent savamment d'influences extérieures. Maintenant, le premier millénaire doit encore être produit qui prétend recevoir sa foi en dehors des annales divines, ou de toute autre source que celle dérivée de Dieu. Plus que cela: il ne nécessite pas de perspicacité critique ou d'apprentissage spécial pour voir que l'Alliance elle-même, le fondement de la révélation suivante, nécessite une telle croyance, et que de cette base naissent les nombreuses allusions et prédictions portant sur le sujet. Le lecteur est renvoyé à l'Alliance et, comme nous l'avons montré (Prop. 49), son accomplissement est totalement impossible sans une résurrection. Ceci forme alors la formation des promesses de Dieu, et les aspirations, la foi, l'espérance du croyant?, Si nous permettons au langage sa signification habituelle et coutumière.
L'étudiant critique remarquera que l'allusion du Christ à une résurrection «au dernier jour, comme il est écrit dans les prophètes», soutient pleinement notre position (Prop. 140, etc.) concernant l'usage juif de cette phrase, vu que les prophètes ne liez pas la résurrection à une fin du monde (comme le fait la sagesse moderne), mais à une continuation et une rénovation du monde dans un nouvel ordre ou dispensation. Ceux qui peuvent penser que la résurrection n'est pas mentionnée, mais seulement l'enseignement de Dieu mentionné comme prédit par les prophètes, ne reçoivent qu'une partie de la portée et de l'intention des paroles du Christ. Ceci est facilement montré, d'abord par le sujet de la résurrection dépendant et allié à l'aptitude précédente, puis en citant Isa_54: 13, que nous montrons longuement (Prop.118) est associé à une résurrection (d'où l'aptitude et la beauté de la citation imposant les deux points), et donc aussi Mic_4: 1-4 et Jer_31: 34 (comme nous le montrons dans les descriptions du millénaire et la restauration des Juifs). Au vu de cette résurrection introduisant le Royaume (comme le croyaient les Juifs), il était tout à fait approprié pour Jésus à la fois de déclarer le fait de la résurrection et d'indiquer le pouvoir logé en Lui pour ressusciter les morts. Cette exposition n'a fait qu'accroître la condamnation des Juifs, voyant ainsi leurs propres Écritures pleinement corroborées. Comme ceux à qui il s'adressait croyaient à une résurrection pré-millénaire, son langage même, n'embrassant aucun déni, mais faisant dépendre la condition d'une telle résurrection de la réception de lui-même, corrobore le point de vue juif. Une telle résurrection pré-millénaire est rendue nécessaire par l'alliance, car en aucune autre manière possible l'héritage de la terre et la bénédiction promise ne peuvent être réalisés. Par conséquent, il y a une signification profonde en Paul (Act_26: 6-7) reliant «l'espérance» dérivée des promesses de l'alliance avec la résurrection, comme Il le fait «de l'espérance et de la résurrection des morts, je suis mis en question». C'était un appel à une position doctrinale bien connue, si fondamentale, sans laquelle l'alliance elle-même doit toujours rester lettre morte.
Obs. 15. Le lecteur a peut-être remarqué que cette résurrection pré-millénaire en plusieurs endroits est directement identifiée avec une restauration (accessoires 111-114) de la nation juive en Palestine. Ceci, en outre, sert de preuve de l'exactitude de notre position. Car, notre argument tiré de l'Alliance Davidique, rend une telle restauration une nécessité pour que le trône et le Royaume de David puissent être rétablis. Si le Christ et ses saints doivent régner comme prévu sur ce peuple restauré, etc., alors, bien entendu, cette résurrection doit avoir la priorité, tout comme les prophètes la localisent. Par conséquent, il est tout à fait approprié que la résurrection de «toute la maison d'Israël», y compris les Gentils greffés par la foi, avant leur entrée dans l'héritage promis, soit tracée comme Ézéchiel le donne à propos d'une restauration nationale de la Juifs sous le règne du Fils de David. La résurrection, le trône et le royaume de David sont inséparables, et le premier doit, pour répondre au plan divin tel que révélé, précéder le second; et en cela les prophètes sont d'accord (Prop. 126).
Obs. 16. La doctrine d'une telle première résurrection présente des motifs qu'aucun autre ne peut, expliquant le désir de Paul d'y parvenir. Le règne avec le Christ et la distinction entre l'honneur et la bénédiction y sont liés. Il nous donne une explication de l'esprit martyr de l'Église primitive et des désirs sincères exprimés d'expérimenter sa puissance. En outre, cela indique à quel point les déductions des infidèles, et même d'autres, sont fausses et non charitables, selon lesquelles elles ont été soutenues et renforcées par une fausse croyance.
Remarquez la prière de Fletcher, de Baxter et d'autres, donnée dans la Voix de l'Église de Taylor. Tertullien nous dit qu'à son époque, il était de coutume pour les chrétiens de prier «pour qu'ils puissent participer à la première résurrection»; aujourd'hui, si la vérité doit être affirmée, des multitudes, y compris des ministres, n'en savent rien. Combien peu, par exemple, expriment maintenant le vœu pieux de Fletcher, «O que la pensée, l'espérance de la béatitude millénaire, puisse m'animer à la sainteté parfaite dans la crainte de Dieu, afin que je sois jugé digne d'échapper aux terribles jugements qui feront place. pour cet heureux état de choses; et que je puisse avoir part à la première résurrection, si je suis compté parmi les morts avant que cette période heureuse ne commence. En référence aux martyrs, voir Gibbon et autres. Laissez le lecteur par exemple comp. ce que le savant Dodwell, Dis. Cyprien, 12 ans, s. 20, 21, dit: «Les chrétiens primitifs croyaient que la première résurrection de leurs corps aurait lieu dans le royaume du millénaire Et comme ils considéraient que la résurrection était particulière aux justes, ils concevaient que les martyrs jouiraient de la part principale de sa gloire. Puisque ces opinions ont été entretenues, il est impossible de dire combien ont été enflammées par le désir du martyre », etc. (Comp. Props. 182 et 183.)
Obs. 17. Cette résurrection est tellement liée à d'autres sujets qu'une preuve supplémentaire est avancée confirmatoire sous diverses Propositions; et ceux-ci, pour nous rendre justice amplement, le lecteur doit également prendre en considération dans la formation d'une opinion décisive. Ainsi, par exemple, si nous avons raison d'établir un Avent pré-millénaire personnel, ou l'héritage de la terre, ou la vision millénaire du jour du jugement, la fonction de juge du Christ et des saints, ou la période de régénération, jour du Christ, le matin de ce jour, etc., cela ajoute matériellement à notre argumentation pour localiser cette résurrection.
Obs. 18. Le croyant peut rencontrer la mort sans crainte. «Si la mort est un ennemi, tout en ressentant et en reconnaissant sa puissance pénale, mais avec l'assurance ainsi donnée d'une victoire rapide et complète sur lui, ils peuvent le recevoir comme celui sur lequel ils sont destinés à triompher. Il peut bien utiliser le langage de Mic_7: 7-8: «C'est pourquoi je regarderai vers le Seigneur; J'attendrai (comp. Isa_25: 9) le Dieu de mon salut; mon Dieu m'entendra. Ne te réjouis pas contre moi, ô mon ennemi (la mort); quand je tomberai, je me lèverai; quand je suis assis dans les ténèbres, le Seigneur sera une lumière pour moi. Je porterai l'indignation du Seigneur, parce que j'ai péché contre lui, jusqu'à ce qu'il plaide ma cause et exécute le jugement pour moi; Il me fera sortir à la lumière (comme David, Psa_17: 15), et je contemplerai sa justice. » Le croyant a «l'espoir en sa mort» et «sa chair reposera dans l'espérance».
Notre doctrine interdit la vision mystique, si largement dominante, d'une résurrection immédiatement après la mort, qui spiritualise complètement le Second Avènement lui-même. Cela fait que le croyant remporte à la mort une victoire sur la mort, tandis que l'idée biblique est que la mort remporte la victoire et la conservera jusqu'à la Venue de Jésus ressuscitant, la victoire étant attestée par le corps consigné dans la tombe. Le croyant prévoit, dans la mort, la victoire et l'aiguillon de la mort enlevé, peut mourir dans l'espoir et la foi triomphante de la rédemption ultime. Toutes ces théories mystiques font de la mort, non pas une sanction pénale, mais une amie - une sorte de Sauveur. (Comp. Prop. 125.) A cette résurrection seront vérifiées de la manière la plus élevée et la plus glorieuse des promesses telles que celles contenues dans Pro_3: 2; Psa_91: 16, etc.
OBS. 19. CETTE PREMIERE RESURRECTION ETANT UNE RESURRECTION ECLECTIQUE, SEPAREE ET RELATIVE A CEUX DIGNE DE ATTEINDRE LES PRIVILEGES DU «PREMIER NÉ», IL INDIQUE UN JUGEMENT PRÉCÉDENT. POUR ASSURER UNE PREMIERE RESURRECTION (OU UNE TRADUCTION) IL DOIT Y AVOIR UNE CONDITION PHYSIQUE CORRESPONDANTE, ET DONC CETTE RESURRECTION ELLE EST LA PREUVE DE L'ACCEPTATION DIVINE DE LA PERSONNE EXPERIMENT SA PUISSANCE. UNE ESTIMATION ANTECEDENTE DE CARACTERE ET DE DUREE DOIT, DE NECESSITE, EXISTER. CECI EST BASÉ SUR LA JUSTIFICATION DE LA FOI QUI LIBÈRE DE LA CONDAMNATION ET ASSURE LA VIE ÉTERNELLE À TRAVERS JÉSUS; TANT QUE LA POSITION ET L'HONNEUR DU SAINT APRÈS LA RÉSURRECTION SONT GRADUÉES PAR LES TRAVAUX RÉALISÉS DANS SA VIE DE FOI. 
Étant donné que cette première résurrection était une introduction au Royaume, il était nécessaire que le Messie indique que le pouvoir de ressusciter les morts était pleinement logé en Lui. C'est ce qu'Il a fait (par exemple Jean, chap. 5 et 6, etc.), et le résultat a dû être d'établir Ses auditeurs (les Juifs) dans leurs vues juives concernant la résurrection, et qui a continué sans altération dans l'Église Primitive. Nous avons l'assurance que tous ceux qui viennent à lui et sont à lui, il ressuscitera au dernier jour, ne perdant rien, étant un parfait Rédempteur et conférant une rédemption parfaite. En référence à l'arrêt précédent, voir Prop. 135, où il est présenté en détail.
Obs. 20. Parmi la multitude de témoignages, nous en sélectionnons quelques-uns, illustratifs des hommes (les plus éminents pour leurs capacités) qui adhèrent à notre point de vue. Rothe (Dogmatic, 2 P., p. 70) préconise une résurrection corporelle, etc., comme suit: «Le Rédempteur affirme distinctement la résurrection future du corps. Et pourtant, ses déclarations sonnent si bien qu'elles séparent celle des justes de celle des méchants, à la fois en ce qui concerne les faits et le temps. Donc dans Luk_20: 35, où le discours n'est pas de la résurrection en général, mais distinctement d'une résurrection au Royaume terrestre du Rédempteur, la soi-disant Première Résurrection. Ainsi, il sonne (es klingt) quand il s'appelle lui-même la `` résurrection et la vie '', quand il dit: `` tout ce que le Père lui donne viendra à lui, et il les ressuscitera au dernier jour '', `` tous ceux qui croyez en Lui, «tous ceux qui mangent sa chair et son sang», là où l'implication claire est que le reste des morts ne se réveille pas en même temps. Il fait une telle distinction dans Luk_14: 14, une résurrection pour les pieux, une résurrection pour les méchants. Ainsi, l'apôtre Paul, 1Co_15: 23, comp. avec Rom_8: 10, envisage, non pas une résurrection générale, mais celle des croyants, «ceux qui sont à Christ», «les fils de Dieu». L'Apocalypse distingue une première et une deuxième résurrection. La première résurrection, qui s'ensuit en même temps que l'Avent, Ap_19: 11-21, est expressément décrite comme le «Premier», Ap_20: 4-6. En elle, seuls les martyrs et ceux qui sont restés purs de la contamination de la puissance mondiale, ont une part. Ceux-ci et seulement ceux-ci règnent avec Christ 1000 ans, tandis que le «reste des morts» ne se réveille pas à la vie. Après l'expiration de ces années et la victoire sur Satan lâchée, alors le reste des morts se lève pour le jugement, Ap_20: 11-15. " Ces approbations viennent d'hommes pleinement persuadés que le Plan de Rédemption, tel qu'alliance et confirmé en Jésus-Christ, exige positivement une telle résurrection afin d'assurer une réalisation complète de la promesse. Ainsi Dorner (Personne du Christ, vol. 1, p. 412) dit: «Le christianisme vainqueur complet ne peut jamais être tant que la nature n'est pas devenue un organe à son service, un instrument volontaire de l'homme parfait, c'est-à-dire des justes qui sont ressuscité des morts.
Parmi une multitude de témoignages similaires, nous en sélectionnons un, cité par le Dr Craven (Lange's Com. Rev., p. 354) de Creation and Redemption: «Il nous incombe ici de dire quelques mots au sujet de la Première Résurrection, car il y a une impression générale que la croyance en elle repose uniquement sur ce passage (Ap_20: 6). Mais c'est une grave erreur. La vérité d'une résurrection de certains à un moment différent de celui de la résurrection générale, est évidente à partir de l'Écriture, indépendamment de ce passage de l'Apocalypse. En omettant les passages des Écritures de l'Ancien Testament, soutenus par les promesses dont l'Ancien Testament digne, comme le dit saint Paul, a souffert et servi Dieu dans l'espoir d'obtenir `` une meilleure résurrection '' (Heb_11: 35), nous dirons comme aussi brièvement que puisse être la conclusion à laquelle nous sommes conduits par les paroles du Seigneur et de ses apôtres. Notre Seigneur fait une distinction entre la résurrection à laquelle certains seront jugés dignes d'atteindre, et d'autres non, Luk_20: 3; Luk_20: 5. Saint Paul dit qu'il y a une résurrection «hors d'entre les morts» (exanastasis), pour atteindre ce qu'il a lutté de toutes ses forces comme le prix à gagner, Php_3: 11. Il nous dit aussi expressément que pendant que tous meurent en Adam, ainsi en Christ tous seront rendus vivants; cependant ce ne sera pas tout à la fois, mais «chacun dans son propre ordre; Christ les prémices; ensuite, ceux qui sont à Christ à sa venue. Il est particulièrement à remarquer que partout où la résurrection du Christ ou de son peuple est mentionnée dans les Écritures, c'est une «résurrection d'entre les morts»; et partout où il est question de la résurrection générale, c'est la «résurrection des morts». Cette distinction, bien que conservée dans de nombreux cas dans la traduction anglaise, est trop souvent omise; mais dans le grec, l'un est toujours couplé à la préposition ek, hors de, et l'autre est sans elle; et dans la Vulgate, il est rendu par un mortuis ou ex mortuis, par opposition à resurretio mortuorum. Dans Rom_8: 11, «L'Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts», c'est ek nekrōn, un mortuis. Ainsi dans Rom_10: 7; Eph_1: 20; Heb_13: 20; 1Pe_1: 3; 1Pe_1: 21. Ainsi Lazare fut ressuscité ek nekrōn, Joh_12: 1; Joh_12: 9. Notre Seigneur, dans sa réponse aux sadducéens, a fait la distinction entre la résurrection générale des morts et la résurrection à laquelle certains devraient être jugés dignes d'atteindre. Les enfants de cet âge (ainōs) se marient, mais ceux qui seront jugés dignes d'atteindre cet aion, et la résurrection d'entre les morts (anastaseōs tēs ek nekrōn) ne se marieront pas (Luk_20: 34-35). Saint Paul, quand il a parlé d'une résurrection à laquelle il s'efforçait d'atteindre (Php_3: 8; Php_3: 11), et à laquelle il était de toutes ses forces se pressant en avant, comme le grand prix à gagner qu'il souffrait, et pour lequel il comptait toute perte, comme si une préposition ne suffisait pas à indiquer sa signification, l'utilise doublée, eis tēn exanastasin tēn nekrōn. «Si quomodo occurram ad resurrectionem, qua est ex mortuis. Si saint Paul n'avait songé qu'à la résurrection générale, il n'avait pas besoin de s'être donné aucun problème, ni de faire aucun sacrifice pour y parvenir; car à tout cela, même Judas et Néron, doit venir; mais pour atteindre la Première Résurrection, il avait besoin de se battre pour le prix de cet appel. Et ainsi dans son argumentation pour la résurrection dans I Corinthiens 15 (vers. 12, 21), quand il parle de la résurrection en général, il parle de la résurrection des morts (anastasis nekrōn); mais quand il parle de la résurrection de notre Seigneur, c'est ek nekron, d'entre les morts. Et il marque le moment où le peuple de Christ sera ressuscité des morts, c'est-à-dire «à la venue du Christ», «chacun dans son ordre»; 1er, Christ; 2d, le peuple de Christ; 3 °, tout le reste, à une autre période, qu'il appelle «la fin», où le dernier ennemi, la mort, doit être détruit, met fin à (1Co_15: 23-26). Et il s'ensuit naturellement que si ceux qui sont à Christ doivent être ressuscités des morts à sa venue, et s'Il vient avant la destruction de l'Antéchrist, et au Millénium, cette première résurrection doit être au moins mille ans avant la résurrection générale.
Obs. 21. Le lecteur est prié d'observer que dans notre argumentation en faveur d'une résurrection pré-millénaire littérale, nous sommes amplement soutenus par l'analogie générale de l'Écriture sur le sujet. Quoi que l'on pense de l'interprétation et de l'application de passages particuliers, la chaîne connexe suivante de l'enseignement divin est apparente. Premièrement, nous avons l'Alliance et ses promesses, qui font d'une telle résurrection une nécessité pour leur vérification. Deuxièmement, la réalisation de telles promesses de l'Alliance est basée directement sur une résurrection d'entre les morts, et une telle résurrection distinctive appartenant aux justes est enseignée dans de nombreux endroits dans l'Ancien Testament Troisièmement, cet enseignement d'une résurrection particulière et éclectique (si clairement enseignée que les Juifs l'avaient reçue) se répète dans des expressions variées et déclare l'espérance dans les évangiles et les épîtres. Quatrièmement, il est spécialement traité dans l'Apocalypse, un ouvrage particulièrement consacré à l'eschatologie. Cette chaîne de preuves est si décisive que l'Église primitive, implantée par les apôtres et les anciens nommés par eux, était universellement sous son influence et sa direction. Nous restons heureusement et espérons-le sous le même. Mais en plus de tout cela, nous avons une série de doctrines connectées enseignées, qui sont essentielles à une résurrection pré-millénaire, comme par exemple l'avènement pré-millénaire, le jour du jugement, le jour du Seigneur Jésus, le matin du jour, le règne du Christ et des saints, et divers autres. Rien de nécessaire pour soutenir notre vision de la résurrection ne manque et, par conséquent, cette union et cette harmonie de la doctrine confirment grandement notre foi et notre espérance.
Compte tenu de cet argument biblique, de l'immense éventail de textes de preuve, de la vision juive, de la croyance primitive de l'Église, des concessions des opposants et de la foi exprimée par de nombreux experts et divins capables, n'est-il pas singulier que dans de nombreux ouvrages et articles, consacrée à l'eschatologie, notre doctrine est soit à peine évoquée, soit totalement ignorée? Ce traitement méprisant ne peut guère être attribué au fait qu'il est indigne d'être remarqué (car son aspect historique et ses honorables avocats le rachèteraient d'un tel silence), et nous sommes forcés à la conviction qu'un tel évitement est causé par des personnes craignant son autorité. , à la fois bibliques et traditionnels, et ressentent leur faiblesse pour entreprendre sa réfutation.
Obs. 22. En admettant librement qu'aucune doctrine ne doit être simplement reçue sur l'autorité humaine, nous confessons cependant avec satisfaction que notre foi est celle de l'Église primitive sur ce point. C'est une satisfaction de savoir que nous comprenons la Parole de Dieu sur ce sujet tout comme les disciples et disciples immédiats des Apôtres l'ont comprise. Car, une telle union de vues ne nous rend pas passibles de soupçons qui pourraient surgir à juste titre s'il s'agissait d'une doctrine qui ne remontait qu'au quatrième siècle, ou au dixième, voire plus tard. En plus de cela, c'est une doctrine que, si elle est vraie, il serait raisonnable d'attendre des hommes qu'ils enseignent, qui étaient si proches des apôtres dans le temps, et qui avaient plus ou moins le bénéfice de leur instruction antérieure.
Comparez, pour une première vue, les accessoires. 71 à 75 inclus. Le lecteur ne nous blâmera pas quand nous nous félicitons également des concessions importantes, faites même par nos opposants (comme par exemple le professeur Stuart, Brown, Barnes, etc.). Si fixe était ce précieux doc. trigone de la première résurrection dans la foi de l'Église primitive, que même Origène, le père de l'interprétation spiritualisante actuelle, ne pouvait pas se libérer entièrement de son enseignement. Ainsi il s'exprime (cité par Brookes, et tiré de sa treizième homélie sur Jérémie) en accord avec nous et inconciliable avec son propre système, comme suit: «Si quelqu'un conserve le lavage du Saint-Esprit, etc., il doit participez à la première résurrection; mais si un homme est sauvé dans la seconde résurrection seulement, c'est le pécheur qui a besoin du baptême par le feu. C'est pourquoi, voyant que ces choses sont ainsi, laissons les Écritures à cœur et faisons-en la règle de notre vie; afin que, étant purifiés de la souillure du péché avant notre départ, nous puissions être ressuscités avec les saints et avoir notre sort avec Christ Jésus. Ici, la distinction des résurrections séparées est préservée, et la première est reconnue comme étant prééminente et appartenant spécialement aux saints.
Obs. 23. Enfin, nous pouvons être autorisés à nous féliciter du fait que notre système d'interprétation n'ouvre aucune porte d'entrée aux nombreuses erreurs conflictuelles et dangereuses concernant la résurrection. Beaucoup, prenant les armes prêtes à être forgées à portée de main, par une interprétation spiritualisante d'Isaïe, d'Ézéchiel et de Jean, les retournent contre une résurrection littérale des morts. On pourrait citer le travail après le travail qui a fait cela, en citant avec joie les arguments des orthodoxes pour une résurrection figurative, morale ou ecclésiastique. Ce n'est que le développement légitime du système d'interprétation origéniste, refuge presque imprenable pour toutes les formes d'erreur. Or, dans tous ces systèmes, qui réduisent la résurrection à une rédemption incomplète du corps, ou qui la raffinent en une conception mystique, etc., aucun d'entre eux ne peut, ni ne fait appel à nous pour des déductions ou une aide, puisque sous aucune forme, nous ne leur donnons la moindre contenance. D'où vient probablement l'extrême hostilité manifestée envers notre système par divers auteurs, car c'est une réprimande permanente à leurs propres efforts de spiritualisation.
Il nous est impossible de rendre compte de la raison pour laquelle les croyants professés dans la Parole devraient, comme certains le font, détester la doctrine de la première résurrection telle que préconisée par l'Église primitive. Qu'est-ce qui peut influencer l'amertume et la haine à son encontre dans certains milieux, lorsque nous montrons sa prééminence, son extrême désirabilité, et son aboutissement à un honneur et à une gloire indescriptibles? Nous confessons notre incapacité - après l'abondante base biblique présentée sur laquelle elle est fondée - à lui attribuer une raison justifiable. Demandons une telle réflexion, qu'une telle conduite n'est pas de l'argumentation, et que, peut-être, le ridicule qui y est entassé peut éventuellement reculer sur eux-mêmes, dans la mesure où ils peuvent être trouvés en train de parler et d'écrire légèrement et avec mépris de l'un des plus précieux de Dieu. propres rendez-vous. A part l'Écriture, la foule d'hommes capables qui s'y sont attachés et qui en ont tiré du réconfort (même sur le bûcher) devraient influencer les hommes réfléchis à la traiter - bien que s'y opposant - avec respect. Sous plusieurs propositions, nous donnons des spécimens du langage utilisé en respectant - ce que nous devons considérer - les propres rendez-vous et les précieuses promesses de Dieu. 
Mis à jour: avril 19, 2022 - 5:59

Laisser un commentaire